Différences entre les versions de « Aristocratie »

De Christ-Roi
Aller à la navigation Aller à la recherche
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
"Chez nous, au milieu des ruines accumulées par les invasions des barbares (du IIIe au Ve siècle ap. J.-C.), il n'y avait plus d'ordre, parce qu'il n'y avait plus d'autorité. Sous l'action des saints, des familles s'élevèrent animées des sentiments que le christianisme commençait à répandre dans le monde:
 +
 +
* sentiments de dévouement pour les petits et les faibles,
 +
* sentiments de concorde et d'amour entre tous,
 +
* sentiments de reconnaissance et de fidélité chez les protégés.
 +
 
"L'hagiographie de cette époque (Moyen Âge) nous fait assister partout à ce spectacle de familles qui s'élèvent ainsi au-dessus des autres ''par la force de leurs vertus''. Au-dessus de toutes, surgit, au Xe siècle, la famille de Hugues Capet, qui fit la France par la patience de son génie, par la persévérance de son dévouement, par la continuité de ses services."  
 
"L'hagiographie de cette époque (Moyen Âge) nous fait assister partout à ce spectacle de familles qui s'élèvent ainsi au-dessus des autres ''par la force de leurs vertus''. Au-dessus de toutes, surgit, au Xe siècle, la famille de Hugues Capet, qui fit la France par la patience de son génie, par la persévérance de son dévouement, par la continuité de ses services."  
  
 
([[Mgr Delassus| Mgr Delassus]], ''L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat'', Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux [http://editions.saint-remi.chez.tiscali.fr/  ESR], p. 19-20.)
 
([[Mgr Delassus| Mgr Delassus]], ''L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat'', Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux [http://editions.saint-remi.chez.tiscali.fr/  ESR], p. 19-20.)

Version du 22 février 2006 à 18:31

"Chez nous, au milieu des ruines accumulées par les invasions des barbares (du IIIe au Ve siècle ap. J.-C.), il n'y avait plus d'ordre, parce qu'il n'y avait plus d'autorité. Sous l'action des saints, des familles s'élevèrent animées des sentiments que le christianisme commençait à répandre dans le monde:

  • sentiments de dévouement pour les petits et les faibles,
  • sentiments de concorde et d'amour entre tous,
  • sentiments de reconnaissance et de fidélité chez les protégés.

"L'hagiographie de cette époque (Moyen Âge) nous fait assister partout à ce spectacle de familles qui s'élèvent ainsi au-dessus des autres par la force de leurs vertus. Au-dessus de toutes, surgit, au Xe siècle, la famille de Hugues Capet, qui fit la France par la patience de son génie, par la persévérance de son dévouement, par la continuité de ses services."

( Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 19-20.)