Différences entre les versions de « Les causes des maux qui accablent la société »

De Christ-Roi
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ligne 77 : Ligne 77 :
 
* et ''Les origines de l'ancienne France'', de M. [[Jacques Flach|Jacques Flach]].
 
* et ''Les origines de l'ancienne France'', de M. [[Jacques Flach|Jacques Flach]].
  
 +
"Les changements qui paraissent dans la constitution des sociétés, dit M. [[Fustel de Coulanges|Fustel de Coulanges]], ne peuvent être l'effet du hasard ni de la force seule: la force qui les produit doit être puissante, et, pour être puissante, cette cause doit résider dans l'homme." C'est du coeur de l'homme, en effet, que sortent les vertus qui élèvent et les vices qui abaissent, et qui, à force d'abaisser, font disparaître les Etats aussi bien que les familles. Chez tous les peuples, l'époque où les qualités morales, d'où émanent les obligations réciproques (v. ci-dessus, l'assistance mutelle), ont été assez répandues et sont entrées assez profondément dans les caractères pour pénétrer aussi dans les moeurs et les coutumes, cosntitue le temps où ce peuple a le plus brillé dans sa force et sa splendeur. Avec l'oubli de ces obligations est venue la [http://www.christ-roi.net/index.php/La_R%C3%A9publique_a_fait_progresser_la_France...#D.C3.89CADENCE_ET_D.C3.89CLIN décadence].
 +
 +
Toujours et partout, le principe de cette décadence s'est trouvé d'abord dans l'[[aristocratie|aristocratie]]. Lorsqu'elle a négligé ses devoirs envers ses clients; lorsqu'elle a cessé de leur portet affection dans son coeur, et par suite cessé de leur prêter assistance et protection, les sentiments qui faisaient l'autorité des patrons se sont affaiblis et ont fini par s'éteindre dans le coeur de leurs inférieurs. Alors une aristocratie moins noble a succédé à une aristocratie plus noble, car les peuples ne sont jamais sans aristocratie. En France, comme en Grèce, comme dans l'Italie antique, on a vu l'aristocratie féodale, par suite de l'oubli de ses devoirs, faire place à une aristocratie d'argent... Les mêmes époques historiques se sont succédé dans le même ordre dans l'antiquité et dans les temps modernes... : à mesure que les [[traditions|traditions]] cédèrent à l'action du temps et des passions humaines, le régime patriarcal fit place au régime agraire, et celui-ci au régime administratif, bientôt dominé par la finance.
 +
 +
En Grèce, dès que les [[Eupatrides|Eupatrides]] en vinrent à oublier leurs devoirs envers leurs clients, les antiques croyances, qui faisaient leur autorité dans l'âme des inférieurs,s 'éteignirent progressivement. Il ne resta comme source d'influence, que la propriété foncière qui put appartenir aux roturiers aussi bien qu'aux nobles. La législation de [[Solon|Solon]] vint alors dire que les droits, les honneurs, les focntions et les obligations des citoyens seraient mesurés d'après l'importance de leurs propriétés foncières. De sorte qu'aà l'aristocratie de race succéda une aristocratie de propriétaires.
 +
 +
Bientôt se produisit une autre révolution. Dès les temps de [[Solon|Solon]], le commerce athénien prit son essor et bientôt s'étendit au loin. Le propriétaire du sol vit son importance s'amoindrir devant celle du négociant à qui les navires apportaient les richesses lointaines.
 +
 +
A Rome, les transformations furent les mêmes. La classe des chevaliers, hommes d'affaires, remplaça l'ancienne aristocratie qui disparut. Nous verrons les mêmes changements se produire en France. Mais auparavant, nous avons à rechercher quelles en furent les conséquences chez les peuples anciens. 
  
 
([[Mgr Delassus| Mgr Delassus]], ''L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat'', Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux [http://editions.saint-remi.chez.tiscali.fr/  ESR], p. 60-64.)
 
([[Mgr Delassus| Mgr Delassus]], ''L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat'', Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux [http://editions.saint-remi.chez.tiscali.fr/  ESR], p. 60-64.)

Version du 23 février 2006 à 20:58

"LES CAUSES DES MAUX QUI ACCABLENT LA SOCIETE" (Pie XI, Ubi Arcano, 1922)

Pie XI.jpg

Pie XI, Lettre Encyclique Ubi Arcano, 1922.

Partout "dédain des biens éternels que le Christ ne cesse d'offrir à tous par son Église", mais "soif insatiable de posséder les biens éphémères et caducs d'ici-bas"

Partout on trouve le dédain des biens éternels que le Christ ne cesse d'offrir à tous par son Église, et une soif insatiable de posséder les biens éphémères et caducs d'ici-bas.


Or, ces biens matériels ont pour effet, si on les recherche avec excès, d'engendrer des maux de tout genre et tout d'abord la corruption des mœurs et la discorde. Car, vils et grossiers de leur nature, ils ne peuvent rassasier le cœur de l'homme, qui, créé par Dieu et destiné à jouir de sa gloire, est voué à vivre dans une instabilité et une inquiétude perpétuelles aussi longtemps qu'il ne se repose pas dans le sein de Dieu.


De plus, ces biens étant fort limités, la part qu'en reçoit chacun diminue a mesure que grandit le nombre de ceux qui se les partagent ; tandis que les biens spirituels, même répartis entre un grand nombre, les enrichissent tous sans être amoindris. Il s'ensuit que, impuissants à satisfaire tout le monde également et ne pouvant rassasier personne complètement, les biens terrestres deviennent de ce chef des sources de discordes et d'animosité, et sont vraiment vanité des vanités et affliction de l'esprit (Ecclésiaste, I, 2, 14), comme les appelait d'expérience le prince des sages, Salomon. Et il en est de la société comme des individus. D'où viennent les guerres et les conflits parmi vous ? demandait l'apôtre Jacques ; n'est-ce pas de vos convoitises ? (Jacques, IV, 1, 2)


On ne saurait, en effet, imaginer peste plus mortelle que la concupiscence de la chair, c'est-à-dire la recherche effrénée du plaisir, pour bouleverser non seulement la famille, mais les États mêmes ; la concupiscence des yeux, c'est-à-dire la soif des richesses, donne naissance à cette lutte acharnée des classes, attachées chacune outre mesure à ses avantages particuliers ; quant à l'orgueil de la vie, c'est-à-dire la passion de dominer tous les autres, il a en propre d'inciter les partis politiques à des guerres civiles si âpres qu'ils ne reculent ni devant les attentats de lèse majesté, ni devant le crime de haute trahison, ni jusqu'au meurtre même de la patrie.

"L'amour même de sa patrie et de sa race, source puissante de multiples vertus et d'actes d'héroïsme lorsqu'il est réglé par la loi chrétienne, n'en devient pas moins un germe d'injustice et d'iniquités nombreuses si, transgressant les règles de la justice et du droit, il dégénère en nationalisme immodéré"

C'est à ces convoitises déréglées, se dissimulant pour donner le change, sous le voile du bien public et du patriotisme, qu'il faut attribuer sans contredit les haines et les conflits qui s'élèvent périodiquement entre les peuples. Cet amour même de sa patrie et de sa race, source puissante de multiples vertus et d'actes d'héroïsme lorsqu'il est réglé par la loi chrétienne, n'en devient pas moins un germe d'injustice et d'iniquités nombreuses si, transgressant les règles de la justice et du droit, il dégénère en nationalisme immodéré. Ceux qui tombent en cet excès oublient, à coup sûr, non seulement que tous les peuples, en tant que membres de l'universelle famille humaine, sont liés entre eux par des rapports de fraternité et que les autres pays ont droit à la vie et à la prospérité, mais encore qu'il n'est ni permis ni utile de séparer l'intérêt de l'honnêteté : la justice fait la grandeur des nations, le péché fait le malheur des peuples (Prov. XIV, 34). Que si une famille, ou une cité, ou un État, a acquis des avantages au détriment des autres, cela pourra paraître aux hommes une action d'éclat et de haute politique ; mais saint Augustin nous avertit sagement que de pareils succès ne sont pas définitifs et n'excluent pas les menaces de ruine : C'est un bonheur qui a l'éclat et aussi la fragilité du verre, pour lequel on redoute que soudain il ne se brise à jamais (S. Aug. de civitate Dei, l. IV, c. 3).


Si la paix est absente et si, comme le remède à tant de maux, elle se fait attendre encore aujourd'hui, il faut en rechercher les raisons, plus profondément que nous ne l'avons fait jusqu'ici.

"Qui donc ignore la prédiction de l'Écriture : Ceux qui abandonnent le Seigneur seront réduits à néant (Isaïe I, 28) ?"

"C'est pour s'être misérablement séparés de Dieu et de Jésus-Christ que de leur bonheur d'autrefois les hommes sont tombés dans cet abîme de maux"

Bien avant que la guerre mît l'Europe en feu, la cause principale de si grands malheurs agissait déjà avec une force croissante par la faute des particuliers comme des nations, cause que l'horreur même de la guerre n'aurait pas manqué d'écarter et de supprimer, si tous avaient saisi la portée de ces formidables événements. Qui donc ignore la prédiction de l'Écriture : Ceux qui abandonnent le Seigneur seront réduits à néant (Isaïe I, 28) ? Et l'on ne connaît pas moins l'avertissement si grave de Jésus, Rédempteur et Maître des hommes : Sans moi, vous ne pouvez rien faire (Jean XV, 5) ; et cet autre : Celui qui ne recueille point avec moi dissipe (Luc, XI, 23).


De tout temps ces oracles divins se sont vérifiés, mais la vérité n'en a jamais avec une telle évidence éclaté aux yeux de tous que de nos jours.

C'est pour s'être misérablement séparés de Dieu et de Jésus-Christ que de leur bonheur d'autrefois les hommes sont tombés dans cet abîme de maux ;

"C'est pour la même raison que sont frappés d'une stérilité à peu près complète tous les programmes qu'ils échafaudent en vue de réparer les pertes et de sauver ce qui reste de tant de ruines." (Prophétique!)

  • Dieu et Jésus-Christ ayant été exclus de la législation et des affaires publiques, et l'autorité ne tirant plus son origine de Dieu, mais des hommes, les lois ont perdu la garantie de sanctions réelles et efficaces, ainsi que des principes souverains du droit, qui, aux yeux mêmes de philosophes païens comme Cicéron, ne peuvent dériver que de la loi éternelle de Dieu ; bien plus, les bases mêmes de l'autorité ont été renversées dès là qu'on supprimait la raison fondamentale du droit de commander pour les uns, du devoir d'obéir pour les autres.
  • Inéluctablement, il s'en est suivi un ébranlement de la société tout entière, désormais privée de soutien et d'appui solides, livrée en proie aux factions qui briguaient le pouvoir pour assurer leurs propres intérêts et non ceux de la patrie.


On décida de même que Dieu ni le Seigneur Jésus ne présideraient plus à la fondation de la famille, et l'on fit rentrer dans la catégorie des contrats civils le mariage, dont le Christ avait fait un grand sacrement (Ephes. V, 32) et qui, dans sa pensée, devait être le symbole saint et sanctificateur du lien indissoluble qui l'unit lui-même à son Église.

  • Aussi, dans les masses populaires s'obscurcissent les idées et les sentiments religieux que l'Église avait infusés à la cellule-mère de la société qu'est la famille ;
  • la hiérarchie et la paix du foyer disparaissent ;
  • l'union et la stabilité de la famille sont de jour en jour plus compromises ;
  • le feu des basses convoitises et l'attachement mortel à des intérêts mesquins violent si fréquemment la sainteté du mariage, que les sources mêmes de la vie des familles et des peuples en sont infectées.


Enfin, on a paru exclure Dieu et le Christ de l'éducation de la jeunesse ; on est arrivé, et c'était inévitable, non pas tant à supprimer la religion dans les écoles qu'à l'y faire attaquer à mots couverts ou même ouvertement ; les enfants en ont conclu qu'ils n'avaient rien ou pour le moins fort peu à attendre, pour la conduite de la vie, de cet ordre de choses, qu'on passait absolument sous silence ou dont ou ne parlait qu'avec des termes de mépris.

  • Et, de fait, si Dieu et sa loi sont proscrits de l'enseignement, on ne voit plus comment on peut demander aux jeunes gens de fuir le mal et de mener une vie honnête et sainte, ni comment préparer pour la famille et la société des hommes de mœurs rangées, partisans de l'ordre et de la paix, capables, et à même de contribuer à la prospérité publique.


Puisqu'on a renié les préceptes de la sagesse chrétienne, il n'y a pas lieu de s'étonner que les germes de discorde semés partout, comme en un sol bien préparé, aient fini par produire cet exécrable fruit d'une guerre, qui, loin d'affaiblir par la lassitude les haines internationales et sociales, ne fit que les alimenter plus abondamment par la violence et le sang.


"LE REMPLACEMENT DU REGIME PATRIARCAL PAR LE REGIME ADMINISTRATIF, BIENTÔT DOMINE PAR... LA FINANCE" ( Mgr Delassus)

D'où vient la prospérité des peuples et d'où leur décadence

"Aucune société ne peut subsister sans l'assistance mutuelle;

  • secours des grands aux petits
  • service des petits aux grands:

et c'est chose incontestable que, pour que cette assistance mutuelle soit efficace, pour qu'elle puisse faire régner la paix et la prospérité dans la société, elle ne doit pas être occasionelle, mais constante, et que pour être constante, elle doit être organisée socialement.

On ne l'a point toujours compris, pas plus au sein de la chrétienté que dans l'antiquité païenne; et toujours la paix sociale et les biens qui en découlent ont suivi les fluctuations qu'a subies la fidélité aux devoirs réciproques.

Il faut ajouter que toujours l'infidélité s'est d'abord manifestée dans les régions supérieures. les hautes classes se sont peu à peu renfermées dans la jouissance des biens que leur situation leur procurait, et suivant la même pente, les classes inférieures se sont détachées d'elles pour finir par se révolter contre ceux qui avaient été durant des siècles leur soutien (mais qui ont trahi et failli à leur mission).

Un coup d'oeil sur l'histoire ancienne puis sur l'hsitoire moderne nous fera assister à la reproduction, chez nous, des phases de décadence que la société païennes a subies, et cela, par l'effet des mêmes causes.

Nous mettrons à profit,... une trimpe étude de M. Frantz Funck-Brentano (La Famille fait l'Etat. Grandeur et décadence des aristocraties. Grandeur et décadence des classes moyennes, Collection Science et Religion, éd. Bloud et Cie) qui lui-même a mis à contribution entre autres ouvrages,

"Les changements qui paraissent dans la constitution des sociétés, dit M. Fustel de Coulanges, ne peuvent être l'effet du hasard ni de la force seule: la force qui les produit doit être puissante, et, pour être puissante, cette cause doit résider dans l'homme." C'est du coeur de l'homme, en effet, que sortent les vertus qui élèvent et les vices qui abaissent, et qui, à force d'abaisser, font disparaître les Etats aussi bien que les familles. Chez tous les peuples, l'époque où les qualités morales, d'où émanent les obligations réciproques (v. ci-dessus, l'assistance mutelle), ont été assez répandues et sont entrées assez profondément dans les caractères pour pénétrer aussi dans les moeurs et les coutumes, cosntitue le temps où ce peuple a le plus brillé dans sa force et sa splendeur. Avec l'oubli de ces obligations est venue la décadence.

Toujours et partout, le principe de cette décadence s'est trouvé d'abord dans l'aristocratie. Lorsqu'elle a négligé ses devoirs envers ses clients; lorsqu'elle a cessé de leur portet affection dans son coeur, et par suite cessé de leur prêter assistance et protection, les sentiments qui faisaient l'autorité des patrons se sont affaiblis et ont fini par s'éteindre dans le coeur de leurs inférieurs. Alors une aristocratie moins noble a succédé à une aristocratie plus noble, car les peuples ne sont jamais sans aristocratie. En France, comme en Grèce, comme dans l'Italie antique, on a vu l'aristocratie féodale, par suite de l'oubli de ses devoirs, faire place à une aristocratie d'argent... Les mêmes époques historiques se sont succédé dans le même ordre dans l'antiquité et dans les temps modernes... : à mesure que les traditions cédèrent à l'action du temps et des passions humaines, le régime patriarcal fit place au régime agraire, et celui-ci au régime administratif, bientôt dominé par la finance.

En Grèce, dès que les Eupatrides en vinrent à oublier leurs devoirs envers leurs clients, les antiques croyances, qui faisaient leur autorité dans l'âme des inférieurs,s 'éteignirent progressivement. Il ne resta comme source d'influence, que la propriété foncière qui put appartenir aux roturiers aussi bien qu'aux nobles. La législation de Solon vint alors dire que les droits, les honneurs, les focntions et les obligations des citoyens seraient mesurés d'après l'importance de leurs propriétés foncières. De sorte qu'aà l'aristocratie de race succéda une aristocratie de propriétaires.

Bientôt se produisit une autre révolution. Dès les temps de Solon, le commerce athénien prit son essor et bientôt s'étendit au loin. Le propriétaire du sol vit son importance s'amoindrir devant celle du négociant à qui les navires apportaient les richesses lointaines.

A Rome, les transformations furent les mêmes. La classe des chevaliers, hommes d'affaires, remplaça l'ancienne aristocratie qui disparut. Nous verrons les mêmes changements se produire en France. Mais auparavant, nous avons à rechercher quelles en furent les conséquences chez les peuples anciens.

( Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 60-64.)