La Croix est sans contredit le signe le plus caractéristique de Jésus-Christ et de sa Royauté

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"LA CROIX EST SANS CONTREDIT LE SIGNE LE PLUS CARACTERISTIQUE DE JESUS-CHRIST ET DE SA ROYAUTE" ( Mgr Delassus)

comme le dit l'Eglise après David: Regnavit a ligno Deus.

Les premières monnaies frappées par nos rois au commencement du VIe siècle portent ce signe auguste.

Depuis lors, la croix n'avait cessé d'occuper sur nos monnaies la place d'honneur dans le champ du revers.

Qu'on parcoure nos collections de médailles, publiques ou privées, qu'on examine les sous d'or et les triens, les deniers d'argent et les oboles de la première et de la seconde race de nos rois, et les monnaies d'or, d'argent, de billon et de cuivre de la troisième, partout on verra la Croix s'y montrer sous toutes les formes."

Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, note 2, p. 225-226.)

"On lisait sur nos monnaies d'or :


Christus vincit, Christus imperat, Christus regnat.

"Le Christ est vainqueur, il commande, il règne."

Louis XV Demi-écu d\'or, Christus vincit, Christus imperat, Christus regnat.jpg
 Louis XV, Demi-Ecu d'or, Louis XV, Christus vincit, Christus imperat, Christus regnat

Sit nomen Domini benedictum.

 Louis XVI, Ecu, Sit nomen Domini benedictum, 1774.gif
  Louis XVI, Ecu, Sit nomen Domini benedictum, 1774


Louis XV, Demi-écu, Sit nomen Domini benedictum, 1729.jpg
 Louis XV, Demi-écu dit “aux branches d'olivier” - 1729 

Et plus chrétiennement encore, sur celles de Philippe Auguste:



Sit nomen Domini nostri Dei Jesus Christi benedictum.

"Que le nom de Jésus-Christ, Notre Seigneur et notre Dieu, soit béni."

Ailleurs:

Lilium elegisti tibi.

"Il s'est réservé les lis."

"Jésus s'est réservé le royaume des lis!"

( Mgr Delassus, ibid., p. 226.)


Ce qui change de la pièce de "1 franc" du "roi des français" Louis Philippe

Louis Philippe Ier, roi des français, 1 franc.jpg

Ce roi Louis-Philippe Ier, trahissant Dieu sur ses pièces de monnaie sera chassé par la révolution de 1848. Et jusqu'à ce jour, la dynastie capétienne a été arrachée...


Ce que nos rois catholiques se plaisaient à reconnaître ainsi publiquement, le divin Sauveur l'avait fait dire par l'Archange à Jeanne d'Arc

(Wallon, t. I, p. 92, édit. in-12.)

Il le redit de nos jours à Marie Lataste

  "Le premier souverain de la France, c'est moi." 
      (Marie Lataste, Oeuvres, t. III, p. 405.)


C'est donc qu'Il n'a point renoncé à cette souveraineté, qu'Il ne nous a point rejetés, qu'Il ne veut point nous abandonner au malheureux sort que nous nous sommes fait en nous séparant de Lui.

(Source: Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 225-226.)


Un jour ou l'autre, comme le peuple romain de ce temps-là, le peuple français s'écriera: "Que les loges soient fermées et que les églises s'ouvrent !"

"Les funestes divisions des esprits de peuvent avoir une heureuse fin 
tant que la pure lumière de la vérité n'aura pas éclairé les ignorants... 
Il faut ouvrir les yeux des âmes."

Comme Constantin, il demandera cette lumière au Vicaire de Jésus-Christ; et comme le peuple romain de ce temps-là, le peuple français s'écriera:

"Le Dieu de nos pères est le seul Dieu!"
"Que les loges soient fermées et que les églises s'ouvrent."

"Le peuple qui honore le Christ triomphera toujours de ses ennemis!"

De ce jour, mais de ce jour-là seulement, la REVOLUTION aura cessé d'être et la RENOVATION commencera. Elle commencera nons eulement pour la France, mais pour l'Europe et pour le monde."

( Mgr Delassus, L'esprit familial, dans la famille, dans la cité et dans l'Etat, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, Lille 1910, réédité aux ESR, p. 236-237.)