Jean Daniélou

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
            Jean Danielou (1905-1974).jpg
             Père Jean Daniélou (1905-1974)

Jésuite français, cardinal en 1969, il promut le dialogue avec le monde moderne et avec le judaïsme.

Cardinal modernisant fondateur avec Henri de Lubac de la collection Sources chrétiennes en 1944. Il aurait toutefois , à la fin de sa vie, courageusement combattu certaines déviations postconciliaires.

Né à Neuilly-sur-Seine, le 14 mai 1905. Fils de Charles Daniélou, homme politique, et de Madeleine Clamorgan, fondatrice de l’Université libre de jeunes filles. Études supérieures à la Sorbonne. Agrégé de l’Université (Grammaire) en 1927. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1929. Études de philosophie à Jersey (1931-1934). Professeur de première au collège Saint-Joseph de Poitiers (1934-1936). Études de théologie à Lyon Fourvière (1936-1939). Ordonné prêtre en 1938. Mobilisé dans l’armée de l’air (1939-1940). Aumônier de l’École normale supérieure de jeunes filles (1942-1969). Publication de Le Signe du Temple chez Gallimard (1942). Docteur en Théologie (1943). Professeur d’histoire des origines chrétiennes à la Faculté catholique de théologie de Paris (1943-1969). Docteur ès lettres (Philosophie) en 1944. Rédacteur aux Études (1944-1969). Fondateur du Cercle Saint-Jean-Baptiste (1944). Participe avec Marcel Moré à la Revue Dieu Vivant (1945-1956). Doyen de la Faculté de Théologie de Paris (1961). Expert au Concile Vatican II (1962-1965). Archevêque de Taormina (1969). Créé cardinal par Paul VI (1969). Chevalier de la Légion d’honneur.

Membre de l’Académie d’Athènes et de l’ Accademia dei Lincei à Rome.

Élu à L’Académie française, le 9 novembre 1972, au fauteuil du cardinal Tisserant (37e) et reçu le 22 novembre 1973 par Wladimir d’Ormesson.

Mort le 20 mai 1974. [1]