Clément d'Alexandrie

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Clément d'Alexandrie (v. 150-v. 215)

Père de l'Église et théologien grec critique de la religion grecque et du gnosticisme, Clément d'Alexandrie est "le témoin éminent du chritianisme hellénisé" (Jean Daniélou, L'Église des premiers temps, des origines à la fin du IIIe s., Points Histoire, Tours 1999, p. 137).

  • "Clément n'est pas le premier des chrétiens à s'être posé la question des rapports de la philosophie et de la révélation. Justin l'avait fait avant lui. Clément reprend certains thèmes de Justin :

- participation en tout esprit à la raison qui est le Verbe lui-même (Logos)

- emprunts des philosophes à la révélation.

- Il y aurait une préparation évangélique dans le monde païen: Homère et Hésiode seraient des hommes qui ont enseigné sous forme d'histoires de hautes doctrines: la description du monde sur le bouclier d'Achille est parallèle au récit de la Création dans la Génèse; l'histoire de Téthys et l'Océan correspond à la séparation des eaux et de la terre (Gén. I,79); la création d'Ève est mise en parallèle avec celle de Pandore; le récit du déluge est rapproché de celui de Deucallion et l'histoire de la tour de Babel de celle des géants entassant Pélion sur Ossa. La chute de Phaéton est rapprochée de la chute des anges de Gén. VI,1." (Jean Daniélou, L'Église des premiers temps, des origines à la fin du IIIe s., Points Histoire, Tours 1999, p. 140)

  • Origène, qui devait plus tard s'illustrer comme philosophe et théologien, aurait été l'un de ses disciples.
  • Clément et Origène sont les docteurs les plus importants de l'École d'Alexandrie. Le courant de l'école d'Alexandrie peut être caractérisé par la recherche d'une alliance entre l'Évangile et la culture grecque, un effort de pénétration de la Parole de Dieu, avec une insistance très forte sur la divinité de Jésus.
  • Marquée par la philosophie platonicienne (voir Platon), la tradition théologique alexandrine est de type spiritualiste, voire mystique, interprétant l'Écriture sainte (voir Bible) dans un sens plus allégorique que littéral. Clément utilisa la pensée du juif Philon d'Alexandrie, appliquant une même méthode exégétique, présentant le christianisme dans la continuité du judaïsme. Il posa les fondements d'une véritable méthode théologique en mettant la philosophie au service des Écritures en vue d'aider à préciser le contenu de la foi.
  • Pour Clément, la connaissance de Dieu passe par la prière, la conversation avec lui et le silence de la contemplation (les Stromates). Mais il reconnaît que Dieu ne peut être compris par l'esprit humain ; Dieu est ineffable. Clément assimila le logos à la Sagesse divine, au conseiller du Père (Livre des Proverbes, VIII, 22 ; Livre de la Sagesse, IX, 9).

Ouvrages principaux

le Protreptique

critique la religion grecque et défense de la foi chrétienne présentée comme philosophie chrétienne.

le Pédagogue

parle du Logos qu'il présente comme le maître de la morale.

les Stromates

Ouvre maîtresse de Clément, porte sur l'éthique. Il y est question de vertu, de culture, de sagesse, de continence, de perfection, de contemplation, de foi, de "vrai gnostique".

La gnose, vraie science de la foi

"D'ailleurs, qu'on se le rappelle, l'Eglise, dès l'origine, avait adopté une expression caractéristique, dérivée de saint Paul, pour traduire la manière dont elle comprenait cette théorie (de la "science de la foi"): le mot de gnose et de gnostique, avant d'avoir été déshonoré par l'hérésie , et approprié dans le langage traditionnel, à la secte de ce nom, n'avait, ni étymologiquement ni historiquement, le sens défavorable que lui attribua l'erreur, mais un sens élevé, celui de contemplation et de mysticité.

"Clément d'Alexandrie nous l'apprend, lorsqu'il dédie son livre des Stromates (liv. IV, VI, VII.) à ceux qui font profession et recherche de la piété, à ceux qui sont parvenus à une habitude consommée de la charité, aux parfaits et aux spirituels; ceux-là, il les appelle gnostiques. Gnose voulait dire connaissance; ainsi plaçait-on la perfection dans la connaissance; et cela prouve encore combien, dans ces temps primitifs, l'idée qu'on avait de la vie chrétienne était doctrinale. "Celui-là qui a la science des choses divines par manière de compréhension, dit saint Clément d'Alexandrie, participe à la Sagesse éternelle, non par substance, mais par écoulement de la puissance divine." - N'est-ce pas ici la meilleure définition possible de la gnose et de la 'vraie théologie, qui est à la fois dogmatique et mystique, et dans laquelle saint Thomas voit une assimilation avec Dieu et, plus qu'une vertu, un degré très éminent de vie spirituelle et d'union à Dieu: Haec est vita aeterna ut cognoscant te solum verum Deum." (Abbé Augustin Aubry, Contre le modernisme, Etude de la Tradition, le sens catholique et l'esprit des Pères, Pierre Tequi Editeur, Gand 1927, réédité aux ESR, p. 179.)