Péché originel

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

LE PECHE D'ADAM: UN PECHE DE GNOSE

 "Le péché d'Adam fut alors de prétendre à être comme Dieu, connaissant le bien et le mal."

(Nos premiers parents) Ils voulurent imiter Dieu en copiant un attribut qu'il ne convenait pas de copier. En convoitant "un bien spirituel au-dessus de leurs moyens" et "par conséquent en convoitant de manière désordonnée la ressemblance divine" (Saint Thomas, Somme théologique, IIa - IIae, q. 163, a. 2.). "Le premier homme pécha principalement en convoitant la ressemblance avec Dieu à l'égard du bien et du mal, comme le suggéra le serpent: à savoir en vertu de sa propre nature, de déterminer par lui-même ce qui était bon et ce qui était mauvais." Il convoita donc "une suffisance et une autonomie" propres à DIEU, qui de sa loi éternelle, fixe aux céatures leurs limites et ne leur permet pas de se fixer leurs propres limites.

"Le péché d'Adam mettait en cause la cosntitution de l'ordre de la moralité et du bonheur. L'homme serait la règle pour l'homme. L'ordre surnaturel dépendrait alors de l'homme même... Voilà déjà en germe l'hérésie pélagienne, le naturalisme et l'humanisme de l'âge moderne (Voir Droits de l'Homme). L'homme s'arrogeant les attributs divins de législateur suprême. C'est pourquoi le péché d'Adame fut un péché d'orgueil."

"Le péché d'Adam fut un péché de gnose, de connaissance. Ce fut de vouloir connaître immodérément ce que DIEU seul peut connaître. Le péché se situait dans la volonté, mais par rapport à un acte de connaissance. Et cette connaissance était un acte propre à Dieu. L'homme voulait jouir d'une prérogative divine dans le connaître, qui est de constituer l'ordre de la morale et de la foi. Cet acte de gnose, en adjugeant à l'homme un attribut divin, faisait l'homme Dieu. L'homme rejetait toute transcendance et se maintenait dans la plus absolue immanence de l'humain.

[...] Il commit ce péché à l'instigation du serpent et à l'invitation de la femme."

[...] Le résultat du premier péché fut que l'homme resta constitué en un être connaissant le bien et le mal. [...] C'est pourquoi Dieu dit: "Voici l'homme comme l'un de nous, connaissant le bien et le mal" (Gen., III, 22.)

Cette déviation opérée au coeur de l'homme et qui affectait son sens et son destin, ne pouvait laisser d'avoir une influence sur la tradition ou cabale que Dieu avait communiquée à l'homme. Si l'homme innocent se transformait en un être de malice, la cabale devait de même se changer de bonne en mauvaise, surtout après le crime de Caïn.

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabbale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 33-34.)

LE PECHE ORIGINEL EST NIE PAR LA FRANC-MACONNERIE (Léon XIII, Humanum genus, 1884.)

"En outre, la nature humaine ayant été violée par le péché originel, et à cause de cela, étant devenue beaucoup plus disposée au vice qu'à la vertu, l'honnêteté est absolument impossible si les mouvements désordonnés de l'âme ne sont pas réprimés et si les appétits n'obéissent pas à la raison. Dans ce conflit, il faut souvent mépriser les intérêts terrestres et se résoudre aux plus durs travaux et à la souffrance, pour que la raison victorieuse demeure en possession de sa principauté. Mais les naturalistes et les francs-maçons n'ajoutent aucune foi à la Révélation que Nous tenons de Dieu, nient que le père du genre humain ait péché et, par conséquent, que les forces du libre arbitre soient d'une façon "débilitées ou inclinées vers le mal".

(Léon XIII, Lettre Encyclique Humanum genus, 1884.)