Réforme Maupéou

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

1770-74: Triumvirat – Abbé Terray aux Finances.

- Duc d’Aiguillon aux Affaires étrangères,

- Maupéou, chancelier, le "coup de majesté": réforme des Parlements :

  • le Parlement de Paris est exilé et démantelé,
  • suppression des parlements et de la Cour des aides et création à la place de « Conseils supérieurs », la vénalité des offices de judicature est supprimée (1771),
  • la justice est gratuite,
  • et les revenus de la noblesse et du Clergé imposés : c’était une des réformes les plus désirées par le pays (Jacques Bainville).

"La suppression des parlements, acte d’une politique hardie, permettait de continuer cette rationalisation administrative de la France qui depuis des siècles, avait été entreprise par la monarchie" (J. Bainville).

Mais la réforme sera immédiatement annulée par Louis XVI.

L’administration Terray commençait à corriger les abus. Elle adoucissait d’abord les impositions les plus vexatoires avec l’intention des les abolir ensuite ; elle organisait ces fameux vingtièmes (1771) qui avait soulevé tant de résistances ; elle s’occupa enfin de créer des taxes équitables, telle que la contribution mobilière reprise plus tard par l’ "Assemblée constituante" (1789-1791), en un mot tout ce qui était rendu impossible par les parlements...