Rémi

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"La plus grande merveille de Saint Rémi fut sans doute la conversion de Clovis et des Francs" (Mgr Paul Guérin, Les Petits Bollandistes, – Vie des Saints, tome XI, p. 588). Elle sauva l'Église de l'arianisme et, en baptisant et en sacrant la Race Royale des Francs, comme l'aînée de toutes les maisons souveraines, elle assurait à l'épouse du Christ une protection utile à sa pérennité.

Grégoire de Tours portait sur lui ce jugement: "Saint Rémi était un évêque d'une science remarquable et qui s'était tout d'abord imprégné de l'étude de la rhétorique, mais il était aussi tellement distingué par sa sainteté qu'il égalait Silvestre par ses miracles. Il existe de nos jours un livre de sa vie qui raconte qu'il a ressuscité un mort". Ce fut ce pieux évêque qui catéchisa Clovis, le persuadant qu'"il devait croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et abandonner des idoles qui ne pouvaient être utiles ni à lui, ni aux autres" (Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France, Clovis, J'ai lu, Edition illustrée, Paris 2001, p. 99-100).