Sainteté

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
              Sacré-Coeur de Jésus2.jpg

"JESUS-CHRIST. - [...] Jamais vous n'acquerrez des vertus solides, jamais vous ne parviendrez à la véritable sainteté qu'en prenant modèle sur mon coeur.

"[...] Ne pensez pas pouvoir devenir parfait, sans vous proposer mon Coeur comme modèle de perfection."

"Il en a toujours été ainsi depuis le commencement des temps. Déjà sous l'ancienne loi, on avait eu quelque révélation de ce que devait être mon Coeur; et personne n'a été placé au nombre des élus, sans avoir reproduit quelques-unes des perfections que mon Coeur devait posséder.

Depuis le commencement de l'Eglise jusqu'à maintenant, toujours mon Coeur a été

la sanctification des Apôtres,

la force des Martyrs,

la constances des Confesseurs,

la pureté des Vierges,

la persévérance des Justes,

enfin la perfection de tous les saints.

Courage donc, mon fils; suivez en tout et partout mon Coeur; plus vous le suivrez de près, plus vous vous élèverez dans la perfection.

C'est de l' imitation de mon Coeur que dépendent l'observation de loi et toute sainteté."

(Imitation du Sacré-Coeur de Jésus, 1865, Librairie H. Mignard, Paris, réédité aux ESR, Cadillac 2000, p. 21.)


"Le premier degré de cette vie d'amour est de m'aimer par-dessus tout, au point d'être fermement résolu de ne violer jamais aucun des commandements qui sont imposés sous peine de péché mortel. [...] Le second degré de cette vie d'amour est de m'aimer d'un amour généreux et affectueux qui cherche efficacement à m'être agréable en toute occasion et quié vite même le péché véniel. Ainsi, mon fils, si vous voulez mériter le titre de disciple de mon Coeur, consacrez-moi toutes vos affections, et évitez tout ce qui est capable de me faire de la peine. Est-ce m'aimer que de me blesser sans cesse par toutes ces attaches à la vaine gloire, à la sensualité ou à d'autres tendances de la nature corrompue?

( R.P. Arnold, Imitation du Sacré-Coeur de Jésus, 1865, Librairie H. Mignard, Paris, réédité aux ESR, Cadillac 2000, p. 135-136.)