Aggiornamento

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

"Jean de Viguerie dans son Essai sur le déchristianisation, du point de vue qui est le sien, c'est-à-dire du point de vue de l'historien : "C'est là le fait majeur, la foule des déchristianisés par le nouveau christianisme. C'est là l'explication essentielle. La nouvelle religion de l' aggiornamento fabrique des non-pratiquants. Elle affaiblit, elle exténue toute vie religieuse dans les âmes. Je dis bien la nouvelle religion. (...) religion fantomatique: elle a ses cérémonies, elle a les églises. Mais pourquoi s'y rendre? Ce ne sont que des pantomimes. Et d'ailleurs on ne vous demande même pas d'y aller. Etrange religion".

"Si l'on interroge les sociologues, après avoir questionné un historien, on obtient le même genre de réponse. Voici par exemple Emile Poulat à propos du champ d'observation qu'il connaît bien, la France: "Dieu dans notre pays n'est plus objet de preuve, sujet de droits et d'honneurs, évidence d'une société, personnage de l'histoire. Il relève de l'intime conviction, d'une évidence intérieure ou d'une expérience participative dont on rend témoignage sans que son expression publique outrepasse son audience privée". Et de conclure en une formule qui dit toute la nouvelle religion:

"Nous venons de siècles où l'homme était à la grâce de Dieu; 
nous sommes entrés dans un temps où Dieu est à la discrétion de l'homme" 
(Emile Poulat, La solution laïque et ses problèmes, Paris 1997, p. 127). 

(Source: Abbé Guillaume de Tanoüarn, Fideliter, La quarantaine de Vatican II, L'âge du bilan pour le concile, Novembre-décembre 2002, n° 150, p. 23).