Discernement des esprits

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher
"la grâce du discernement des esprits, ... est la connaissance des secrets les plus cachés du cœur" 
(Mgr Gaume, Traité du Saint-Esprit, 1865, troisième édition, Gaume et 
Cie Editeurs, 3 rue de l'Abbaye, tome II, Paris 1890, p. 291.)

333 ‹ Cinquième règle. ‹ Nous devons examiner avec grand soin la suite et la marche de nos pensées. Si le commencement, le milieu et la fin, tout en elles est bon et tendant purement au bien, c'est une preuve qu'elles viennent du bon Ange ; mais si, dans la suite des pensées qui nous sont suggérées, il finit par s'y rencontrer quelque chose de mauvais ou de dissipant, ou de moins bon que ce que nous nous étions proposé de faire, ou si ces pensées affaiblissent notre âme, l'inquiètent, la troublent, en lui ôtant la paix, la tranquillité et le repos dont elle jouissait d'abord, c'est une marque évidente qu'elles procèdent du mauvais esprit, ennemi de notre avancement et de notre salut éternel.