Hébert

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Jacques René Hébert (1757-1794) né à Alençon, le 15 novembre 1757, d'une famille de petite bourgeoisie ( son père était orfèvre) fit ses études au collège de la ville. D'abord clerc de notaire, puis vivant d'expédients, il se trouvait à Paris au début de la Révolution, lorsqu'il eut une idée ténébreuse: parler au peuple dans la langue des faubourgs, écrire des pamphlets en multipliant des mots orduriers. Les Grandes Colères du Père Duchesne (sept. 1790) vont désormais enchanter la mase des sans-culottes.

Hébert, une page de son Père Duchène.JPG

Membre des fanatiques Cordeliers, il tonnait contre le roi, contre les traîtres, les nobles, les émigrés. La monarchie tombée, il devint substitut du procureur de la Commune, Chaumette. Il réclamait la mort pour l' "Ivrogne Capet", le " gros cochon", et se montra également l'ennemi juré des girondins. Ceux-ci le firent arrêter le 24 mai 1793, mais il fut relâché et se déchaîna alors contre ses adversaires.

L' "Homère de l'ordure" (comme il se fit surnommer) s'acharnait à piétiner les vaincus. Lors du procès de Marie-Antoinette, il trouva, pour la perdre, une accusation infâme à laquelle la reine répondit simplement: "J'en appelle à toutes les mères !".

Finalement, Saint-Just et Robespierre jugèrent le pitre encombrant et décidèrent de s'en débarrasser. Sous prétexte de conspiration, les "hébertistes" comparurent devant le tribunal révolutionnaire. Les 24 mars 1794, Hébert est guillotiné sous les quolibets d'une foule aussi cruelle envers lui qu'il l'a été envers les autres...