Tibère

De Christ-Roi
Aller à : navigation, rechercher

Empereur romain (14-37 ap. J.-C.)

Fils adoptif d’Auguste (4 après J.C.).

  • un empereur "peu généreux" (Source : Suétone, Tibère)
  • un empereur "âpre, impitoyable" : « Tu as mis fin César au siècle de Saturne ; tant que tu vivras ce ne sera jamais que des siècles de fer ». (Source : Suétone, Tibère)

CHRONOLOGIE

Août 14 Assassinat d'Agrippa Postumus à Pianosa sur ordre de Crispus (sur ordre supérieur de Tibère ou Livie ?).

Août 14 Révolte des légions en Panonie et en Germanie.

8 septembre 14 Obsèques d'Auguste.

4 septembre 14 Lecture du testament d'Auguste devant le Sénat.

17 septembre 14 Tibère accepte officiellement la charge de l'Empire devant le Sénat. Apothéose d’Auguste proclamée par le Sénat ; Lecture des Res Gestae d’Auguste au Sénat ; Incinération du corps d’Auguste sur le Champs de Mars ; Ses cendres sont déposées dans son mausolée.

26 septembre 14 Drusus arrive en Panonie à la tête d'une armée.

Septembre 14 Germanicus réprime la rébellion de 4 légions (21ème, 5ème, 1ère, 20ème sous les ordres de A. Caecina) en Germanie Inférieure dans leur camps d’été des Ubiens malgré qu’elles lui aient proposé la pourpre ! Les légions de Germanie Supérieure (2ème, 13ème, 16ème, 14ème) sous les ordres de C. Silius restent fidèles.

14 Germanie : Campagne de Germanicus. À trente ans en 14, le général Germanicus se trouve à la tête de huit légions en Germanie pour venger la défaite infligée par Arminius à Varus, cinq ans auparavant. Il réussit à vaincre Arminius, à récupérer les enseignes de Varus et à pacifier momentanément cette turbulente province jusqu’à l’Elbe.

15 Aelius Séjan, fils de Strabo (préfet d’Egypte), seul préfet du prétoire.

15 Printemps Campagne de Germanicus (4 légions soit 20.000 h) contre les Chattes divisés entre Arminius et Segeste (fidèle aux Romains). Germanicus reçoit de Tibère le titre d’imperator. Été 15 Attaque de Germanicus, de Caecina et du préfet de cavalerie Pedo contre les Bructères, qui pratiquent la politique de la terre brûlée ; Germanicus découvre l’aigle de la 19ème légion de Varus : Hommage funèbre rendus aux morts de Varus .

15 Tibère refuse le titre de « Père de la Patrie » ; Remise en vigueur de la loi de majesté (majestas).

15 Création de la curatelle du lit et des rives du Tibre par Tibère suite à la grave inondation de 15. Les curateurs étaient chargés de procéder au bornage (terminatio) des deux rives du fleuve pour bien délimiter ce qui relevait du domaine public de celui des particuliers. D’un bornage partiel au début de l’empire, on est passé à un bornage général et définitif à partir du règne de Trajan.

16 Germanicus prépare une opération amphibie en Germanie.

Été 16 Victoire à l’arraché de Germanicus sur les Chérusques d’Arminius lors de la traversée de la Weser. Germanicus récupère les deux autres aigles de Varus et rend les honneurs funèbres aux soldats morts dans la forêt de Teutoburg.

Fin été 16 Retour difficile par bateaux de Germanicus (Echouages). Arminius qui parvint à s’échapper, périt assassiné par les siens deux ans plus tard (18).

Mai 17 Triomphe du vainqueur Germanicus à Rome pour sa campagne de Germanie, accompagné de ses 5 enfants, Néro, Drusus, Tiberius, Caius et Agrippine, célébré à Rome ; Guerres intestines des Germains d’Arminius.

17 Départ de Germanicus pour l’orient.

17 Mort (par suicide ?) d’Archélaos de Cappadoce à Rome. Réduction de la Cappadoce en province.

17 Mort de Mithridate III, roi de Commagène. Annexion de la Commagène à la Syrie.

17-24 Révolte de Tacfarinas, ancien déserteur auxiliaire Musulame, en Numidie. La révolte est due à l’avance romaine dans le désert face aux nomades et aux exactions des gouverneurs. Il recrute une armée à la romaine chez les Musulames. Peu de réaction romaine. Le proconsul d’Afrique, Furius Camillus avec une légion et deux cohortes auxiliaires le bat et sans expérience militaire, reçoit les ornements triomphaux à Rome.

18 Germanicus jalousé par Tibère, est envoyé en mission en Orient avec un imperium majus. Il pacifie l’Arménie et y installe un nouveau roi Zénon Artaxias, fils de Polémon roi du Pont ; la Cappadoce et la Commagène deviennent provinces romaines, Artaban III, roi des Parthes (18/44), allié, puis adversaire des Romains, se rapproche de Germanicus pour assurer son pouvoir !

18 Calpurnius Pison nommé légat de Syrie entre en conflit avec Germanicus (haine entre Plancina, femme de Pison et Agrippine, femme de Germanicus); Rencontre entre Germanicus et Pison à Rhode. Querelle avec Pison, Germanicus dépose Pison pour fautes politiques ; Pison fuit en bateau sur l’île de Cos.

19 Palmyre perd sa liberté : Germanicus, honoré dans une dédicace de l’année 19, fixa le premier tarif douanier, et envoya un notable de la ville en mission à l’embouchure de l’Euphrate.

10 octobre 19 Au retour d’un voyage en Egypte, Germanicus mourut brusquement à Antioche assassiné par Pison ? celui-ci se suicidera en 20, accréditant la thèse de l’empoisonnement d’Agrippine l’Aînée, fille de Julie et d’Agrippa, femme de Germanicus (frère de Tibère) dont elle eut neuf enfants dont Agrippine la Jeune et Caïus Caesar (Caligula); Agrippine l’Aînée fut l’une des femmes les plus vertueuses et héroïques de l’Antiquité. Elle accompagna Germanicus dans nombre de ses expéditions militaires et à sa mort en 19, elle demanda justice à Tibère à l’instigation duquel Pison aurait empoisonné Germanicus; Le corps du héros est brûlé à Antioche. Agrippine ramène ses cendres à Rome ; Elle intente un procès à Pison pour empoisonnement de Germanicus. Pison lève une armée avec son fils, composée de ses esclaves et d’auxiliaires ciliciens. Il débarque en Syrie, prend la forteresse de Celendris. Assiégé par la 6ème légion Ferrata, il doit rentrer à Rome par bateau.

19 Tibère comme Octave persécute le culte oriental d’Isis.

19 «Grand Camée de France» dit «Triomphe de Germanicus», conservé au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, est dans son genre un document aussi important que l’Ara pacis (-9).

Le camée représente l’apothéose de Germanicus ; au centre trône Tibère sous l’aspect de Jupiter : dans la conception romaine, chaque homme possédait une sorte de double surnaturel, le génie (on assimilait le génie de l’empereur au roi des Dieux Jupiter) ; près de Tibère trône sa mère Livie veuve d’Auguste ; autour des souverains est groupé la famille de Germanicus ; le fils aîné qui portait le nom de Néron ( pas l’empereur), salue l’empereur ; derrière le trône, son cadet Drusus lève les yeux vers le ciel où se trouve son père Germanicus, monté sur le cheval ailé Pégase, et accueilli par Auguste ; un personnage en costume oriental qui porte le globe de l’univers, ne peut être que le troyen Enée, ancêtre mythique de la dynastie. D’autres orientaux, l’un assis au pied du trône, les autres groupés dans le registre inférieur, symbolisent l’éternel ennemi de Rome en Orient, le royaume Parthe qu’Auguste se flattait bien imprudemment d’avoir réduit à la condition de vassal…

20 Procès de Pison.

20 Séjan, favori de Tibère et avide de pouvoir, s’attire l’inimitié de la famille impériale, en particulier d’Agrippine l’Aînée.

20 Soulèvement de la Gaule dirigé par le Trévire Florus et l’Eduen Sacrovir, nobles gaulois devenus citoyen romain sous Auguste, contre la levée du tribut, l’avidité des gouverneurs, les réquisitions et corvées pour la campagne de Germanie. et la réduction des dettes. Ces cités étaient exemptées d’impôts. Fin du privilège par Tibère.

22 Le Sénat accorde la puissance tribunitienne à Drusus II à la Demande de Tibère.

14 septembre 23 Assassinat de César Drusus II (33 ans, fils de Tibère), sans doute empoisonné par sa femme à l'instigation de Séjan.

26-36 Ponce Pilate 5ème procurateur de Judée(gouverneur) préfet de Judée, destitué sur plainte des Samaritains. Haï par la population à cause de ses provocations religieuses.

 "Ses décisions autoritaires, qui heurtaient les traditions locales, avaient plusieurs fois entraînés des violences, des émeutes même. Une ou deux centuries de la Tertia Gallica, la légion cantonnée en Syrie et en Judée, avaient toujours suffi à ramner l'ordre

26 Révolte des Juifs contre Ponce Pilate qui tente d’introduire des images peintes de Tibère à Jérusalem et tente de s’emparer de l’argent déposé au Temple de Jérusalem. Ponce Pilate cède.

26 Tibère quitte Rome qu’il s’est mis à détester profondément (intrigues) et se retire en Campanie ; l’année suivante en 27, il se rendit sur l’Île de Capri laissant Rome sous la seule autorité de Séjan, le préfet de la garde prétorienne dont le rôle s’accrut encore. L’empereur, qui vivait entouré de médecins et d’astrologues, se transforme en tyran et multiplie les procès de majesté.

27-28 Baptême de Notre Seigneur Jésus-Christ par saint Jean-Baptiste.

27-30 Prédication de Notre Seigneur Jésus-Christ en Galilée et en Judée.

29 Mort de Livie, seconde femme d’Auguste, mère de Tiberius Claudius Nero et de Drusus Nero Claudius, père de Germanicus (père de Caligula et d’Agrippine la Jeune mère de Néron) et de Claude.

29 Décapitation de saint Jean le Baptiste, porte parole des juifs mécontents de la conduite de la princesse Hérodiade qui avait d’abord épousé son oncle Hérode Philippe, puis l’avait quitté pour son oncle et beau-frère Hérode Antipas.

30 Tibère redoutant que les fils de Germanicus ne revendiquent le trône, fit exiler sa nièce Agrippine l’Aînée et ses enfants (sauf Caligula) sur l’île de Pandateria (aujourd’hui Ventotene) près de Naples où elle se laissa mourir de faim trois ans plus tard.

30-33 Tibère aurait cherché à couronner Jésus-Christ roi de Judée.

18 octobre 31 Antonia, veuve de Drusus frère de Tibère (qui continue à vivre à Capri jusqu’en 37), avertit l’empereur du danger d’usurpation du préfet du prétoire Séjan. 17 octobre 31 Arrestation, condamnation et exécution de Séjan. Séjan, arrêté sans résistance, est exécuté le jour même et son corps est traîné par un croc de boucher aux Gémonies pendant trois jours. Répression aveugle contre la famille et les partisans de Séjan.

31 Condamnation et exécution des enfants de Séjan.

32 Purges de Tibère contre les partisans de Séjan.

32 Crucifixion de Jésus sous Ponctius Pilatus (Tacite, Annales, XV, 44, GF-Flammarion, Manchecourt 2002, p. 439.)

  • (avec le chrisitanisme) se produisent un certain nombre de changements, "à commencer par … la disparition de l'esclavage. Mais le changement le plus évident est l'apparition d'un type nouveau d'hommes (ou de femmes). Il y a là une nouveauté radicale et insoupçonnée aux temps antiques dans toutes les civilisations: l'apparition de la sainteté, comme appel fait à tous". (Régine Pernoud, Les saints au Moyen Age, la sainteté d'hier est-elle pour aujourd'hui ? Plon, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 29.)

Novembre 33 Mort d'Agrippine en exil sur l'île de Pandantaria. 33-37 Persécution juive contre les chrétiens; martyre d'Etienne. Expulsion des "hellénistes" de Jérusalem Fondation des Eglises d'Antioche et de Damas. 34 Loi contre les célibataires et les mariés sans enfants. 35 Lapidation d'Etienne, sous les murs de Jérusalem.  "De la mort d'Etienne, lapidé sous les murs de Jérusalem, probablement en l'an 35, jusqu'à l'ultime sursaut politique de la réaction païenne voulu par l'empereur Julien en 363, les autorités juives d'abord, romaines ensuite, n'auront de cesse d'éradiquer le message chrétien qu'elles perçoivent comme une menace redoutable, et grandissante... Lucifer, le séraphin déchu, n'entendait pas se laisser déposséder sans résistance de sa royauté sur le monde... Le Christ, les Apôtres, à commencer par Pierre et Paul, n'ont cessé d'affirmer que la vie du baptisé est celle d'un soldat en guerre contre les puisances des ténèbres. Une guerre où le combattant qui renonce succombe, tandis que celui qui tient jusqu'au bout, quitte à périr, vit". Anne Bernet, Les chrétiens dans l'empire romain, des persécutions à la conversion Ier – IVe s., Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 11.  35-38 Des missionnaires improvisés atteignent l'Italie. Il ne s'aggisait plus cette fois de Juifs, mais de Gentils, commerçants grecs, égyptiens ou syriens, soldats et officiers romains, qui s'étaient trouvés à Jérusalem quand Jésus prêchait dans le Temple, ou qui avaient entendu, plus tard, les apôtres y prendre la parole. Beaucoup s'étaient convertis dont le premier souci revenus en occident, fut de répandre autour d'eux le message qui avait bouleversé leur vie. Ils trouvèrent dans leur milieu païen d'origine, un écho plus grand et immédiat. Des groupes de chrétiens se créèrent le long de la via Appia, du sud vers le Nord, qui atteignirent Rome aux dernières années du règne de Caligula, vers 38". Anne Bernet, Les chrétiens dans l'empire romain, des persécutions à la conversion Ier – IVe s., Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 34-35. 35 Artaban III (Parthe) met son fils sur le trône d'Arménie. Intervention de Tibère contre Artaban III. 36 Tibère remplace Artaban III par Tiridate sur le trône parthe. 36-37( ?) Martyr d’Etienne, 1er martyre chrétien, lapidé par les scribes du Sanhédrin et ceux de la synagogue des Affranchis; le pharisien Paul (Saül) assiste au meurtre et l’approuve et participe aux persécutions qui suivent cette exécution jusqu’à sa vision du christ sur la route de Jérusalem à Damas. 37 Artaban III roi des Parthes reconnaît Mithridate roi d’Arménie 16 mars 37 Caligula fait mettre à mort Tibère son grand-oncle, à Misène près de Naples, pour venger l’assassinat de sa mère Agrippine l’Ancienne et de ses frères, en le laissant étouffer sous un amas de couvertures ! Le testament de Tibère plaçait sur le même plan Caius Caligula et Tiberius Gemellus son petit fils. Il laisse un trésor de 2.700 millions de sesterces. Aujourd’hui la plupart des historiens rejettent les récits de cruauté, d’hypocrisie et de débauche dus à Tacite et Suétone, et accréditent la thèse selon laquelle Tibère aurait été un soldat et un gestionnaire avisé qui maintint autant que possible les formes républicaines du gouvernement.